Rechercher

L'harmonie dans la peinture xie yi

L’harmonie est un équilibre entre les différentes parties d’un ensemble. Ces différentes parties se répondent et se complètent pour former un tout cohérent.

Étymologiquement l’harmonie est le lien qui existe dans un assemblage comme les jonctions d’un engrenage. On parle d’harmonie en anatomie quand les différentes parties du corps forment des proportions idéales.

La peinture xie yi se caractérise par la recherche et l’expression de l’esprit du sujet. Elle fait appel à la suggestion et à la spontanéité.

Avec ses sens le peintre est à l’écoute de la nature. Il est sensible à l’harmonie qui anime la nature.

Dans la pensée taoïste l’univers s’organise à partir du vide qui contient en germe toute l’organisation du cosmos. A partir de ce vide vont apparaître deux éléments appelés yin et yang qui représentent les deux parties complémentaires qui existent dans toutes choses. Le vide par rapport au plein, le calme qui suit la tempête, la chaleur quand il fait froid… L’alternance entre ces deux qualités est animée par un élément dynamique le qi que l’on peut traduire par souffle. Ce souffle qui anime les différents éléments de la nature va créer la première phase de l’harmonie de la peinture.

Le peintre en tant qu’être vivant est lui-même habité par un souffle vital. Il va se produire une rencontre. Le souffle qui anime la nature va s’harmoniser avec celui qui anime le peintre. C’est la deuxième phase de la création de la peinture. La troisième phase est celle de l’harmonisation du corps et de l’esprit. En chinois on dit que le cœur et la main sont à l’unisson. En occident si l’on devait définir un organe pour situer l’esprit, on citerait certainement le cerveau en rapport avec l’organe créateur de la pensée. Mais dans la pensée chinoise l’esprit et le monde des émotions se situe dans le même organe : le cœur. Ainsi lorsque l’on dit que le peintre, pour recevoir et s’harmoniser avec le souffle de la nature, doit avoir le cœur vide, c’est qu’il ne doit exister en lui aucun sentiment préalable qui influencerait sa perception. Alors le peintre pourra exécuter sa peinture qui représentera la quatrième phase de ce flux harmonieux.

Par le rythme qui animera son corps il fera vivre ce souffle qui existe dans la nature. Par les contrastes dans les traits, les dispositions des vides et des pleins il créera des espaces de suggestions qui inciteront à voir dans l’invisible. Par sa spontanéité il transmettra la vie qui anime son sujet.

Du résultat visible émanera une harmonie, celle des différentes parties qui se répondent entre elles et créent une résonance globale. C’est cette harmonie qui sera ressentie par le spectateur. C’est elle qui justifie l’existence du peintre.


0 vue

La police Din est très populaire sur les sites de technologie. Cette police est idéale pour créer des titres de pages avec impact.

© 2018 crée par Michel Fornasero

  • Facebook
  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now